© Copyright Michaël Tirat - 2018

 

Formules Poe Boy – Collodion humide


Vous trouverez bon nombres de formules (« recettes » mais ce terme porte à confusion, il s’agit de mélanges chimiques à forts risques et de ce fait, on ne fait pas de la cuisine !).

 

Les formules ci-dessous sont celles utilisées pour les photographies au collodion humide visibles sur ce site.

Pour ma part, j’ai fait le choix de travailler sur la formule « Poe Boy » qui a la particularité de ne pas manipuler l’ether et le cadmiun. Néanmoins, le collodion utilisé dans la formule contient malgré tout 25% d’ether…

 

Ainsi, le collodion photographique se prépare en deux solutions distinctes (Part A et Part B) que nous mélangerons ensuite pour réaliser un collodion propre à la photographie, en vue de tirer des positifs.

 

Afin d’accéder à une réussite systématique, veillez à préparer ces solutions dans des contenants en verre, de préférence dédiés à la chimie. De même, veillez (et je vous assure que c’est très important pour être constant), à utiliser des contenant dédiés à chaque chimie (un bécher pour les sels de potassium, un autre pour le collodion et l’éthanol dénaturé, un pour le nitrate d’argent, etc…).

Vous achèterez donc pas mal de flacons, béchers, contenants, avec les inscriptions indiquées par vos soins. Si vous respectez ceci, vous augmenterez vos chances de ne jamais louper vos chimies (jusqu’à présent je n’ai eu aucun « loupé »), et ainsi vous assurer que si vous rencontrez un problème lors de la réalisation de vos plaques, ce ne sera pas dû à vos solutions…

 

Vous pouvez cliquer sur les produits utilisés dans les solutions ci-dessous afin de les commander sur DISACTIS. Boutique dans laquelle j’achète toutes mes chimies (sauf l’eau distillée que vous trouvez un peu partout… NB : ne prenez pas d’eau distillée aromatisée !!!)

 

Collodion photographique « Poe Boy »

250 ml (environ 25 plaques 4×5) :

§ Part A  :

(à préparer en premier car le mélange Part B s’évapore rapidement !)

  • Bromure de potassium : 1,4 grammes (à dissoudre dans 5 ml d’eau distillée) et à chauffer au bain marie à 50°C environ pour dissoudre totalement les sels.
  • Iodure de potassium : 2,3 grammes (à ajouter une fois les bromures dissous).
  • Ethanol : 30 ml (facilite le mélange final)

§ Part B  :

Mélanger Part A et Part B dans un contenant en verre, mélanger doucement puis laisser reposer 1 minute (en libérant les gaz émis de temps à autre). Ensuite mélanger énergiquement un long moment afin de rendre la solution homogène.

Laisser reposer au moins 24 heures avant de l’utiliser.

 

Le bain sensibilisateur – nitrate d’argent

Pour 100ml de solution :

Quoiqu’il advienne, prévoir un hydromètre dont la densité indique une valeur entre 1,070 et 1,080 afin de s’assurer d’une quantité idéale de nitrate d’argent. Cette valeur doit être entretenue de manière constante.

 

 

Le révélateur – sulfate de fer :

 

Pour 110ml

(il faut environ 7 ml pour révéler une plaque 4×5)

 

Le bain d’arrêt – eau du robinet

 

C’est la seule manipulation ne nécessitant aucune préparation !

 

Le fixateur – Thiosulfate de sodium :

 

Pour 100 ml de solution  :

 


 

Je vous conseille vivement de ne travailler qu’avec des chimies dédiées à la pratique photographique. La clé du succès se trouve dans la rigueur du choix et de la préparation des chimies, quand bien même vous trouviez des chimies moins chères ailleurs.

Je fais le choix de travailler avec des chimies provenant de DISACTIS. C’est français, et la personne qui gère cette boutique/forum permet à tout un chacun d’y trouver tout le nécessaire !


Comments (2)

Comments are closed.