Charlie défends moi !


Trois mots, « Merci » , « Colère » & « Indignation »

 

Merci « Charlie Hebdo » d’avoir continué malgré les menaces, merci d’être l’une des seules presses libres en France, merci d’avoir amené l’insolence politique, l’insolence religieuse, l’irrévérence humaniste, dans un France « Laïque » mais encore Ô combien bringuebalante concernant l’islam, Ô phobie historique de l’ignorant qui a peur de ce qu’il méconnait…
Merci d’avoir défendu de vos vies l’expression de ce qu’est la liberté d’expression,  alors qu’on fait taire les reporters de guerre en cachant leurs travaux, parce que le « Trash » ,le « Choc », se vend mieux que 10 pages de reportages sur les massacres bien trop éloignés pour nous inquiéter.

Merci d’avoir assumé vos convictions alors qu’une semaine avant votre assassinat, vous n’étiez pas certains de pouvoir financièrement assumer un prochain numéro…

 


Colère d’indignation. Force est de constater que la démocratie actuelle est en échec. Chers politiciens, vous qui passez les uns après les autres, tentant de doubler votre voisin de devant comme dans une file d’attente d’une caisse de supermarché, de montrer (contre toute attente) que vous êtes effondrés, mais que les inégalités qui amènent certains imbéciles à des actes barbares, parce que la politique et le peuple n’ont plus rien à voir… Parce que vos actes et vos paroles n’ont plus rien à voir avec ce peuple… Parce que l’oligarchie que vous représentez, amène quelques personnes perdues, à se lover dans les bras de quelques extrêmes dont la lumière s’est éteinte sur plusieurs étages.

Colère de voir qu’il faille un évènement aussi terrible pour constater que le peuple est lié par une volonté commune de liberté, liberté qui lui est privée la plupart du temps…. Alors qu’aujourd’hui encore, ce qui amène une situation pareille ne bouleverse qu’une poignée d’européens, des pays subissent les extrêmes comme des paies de fin de mois : le Yemen, Israël, la Palestine, le Mali, le Nigeria et j’en passe… Des pays dont ces extrémistes imbéciles (pléonasmes) profitent du manque de culture, de scolarité, de la pauvreté de certaines populations.

Indignation de constater aujourd’hui encore, que la plupart des relais journalistiques servis comme des hamburgers de grandes chaînes d’anti-vomitifs font quand même vomir…
Quelle honte de se voir privés d’un journalisme de fond, social et indépendant, quand la seule activité aujourd’hui reste l’audimat, et que pour vendre, on se prostitue de questions inutiles et qu’au lieu de travailler le fond, on y pousse le premier débile à voter Marine (pardon marine avec un « m » minuscule c’est mieux) ou sarkozy (tiens, je n’ai pas oublié de le mettre en minuscules lui aussi)…

Indignation d’être presque persuadé qu’au milieu d’une foule consciente d’être là pour quelque chose, seule une petite partie sait pertinemment la raison de sa présence….

C’est la misère intellectuelle qui amène ce genre d’évènements…
L’EDUCATION POUR TOUS est la seule sortie, si et seulement si l’on estime que la contribution et l’engagement n’est pas une question de distance qui nous sépare de l’injustice d’être né quelque part, et pas au bon endroit…

Vous aviez passé un bon réveillon ? En 2015, dans certain pays, on peut encore :
– naître fille et se faire violer par 18 hommes parce que le petit frère a fait une connerie;
– naître avec une maladie dont les chaînes télévisées s’emparent avidement et s’entourent de célébrités dont une bonne partie n’est là que pour présenter son dernier album…;
– naître mort-né (contradictoire )
– naître dans les favelas et mourir à 18 ans;
– naître catholique et avoir des envies morbides,
– naître con et voter pour le petit ou pour la bleue marine (et ça à vie !)

Bref, non ce n’est pas bref, mais sur un coup de colère, difficile de mettre à plat tout ce qui passe en tête…

J’ai passé presque une dizaine d’années en Afrique… Il n’y a pas un jour sans lequel suis heureux d’être né en France (ce n’est pas de la démagogie ou bien du nationalisme, c’est un constat, on est « pas trop mal en France »), quand j’ai pu voir des enfants « Talibés » (en clair ce sont des enfants qui font la manche contre une éducation coranique dispensée par des marabouts), me regarder moi et mon ami, manger un hamburger dans un snack, pendant que ces derniers vous regardent la morve au nez, dans une main une boîte de conserves de concentré de tomates avec quelques pièces, l’autre main tendue vous demandant quelques CFA. Que faire quand vous savez que cet argent ira directement dans les poches du marabout ? Mais quel adulte peut avoir l’idée même d’envoyer des enfants dans la rue, séparés de leurs parents, livrés à eux-même, mendier de l’argent pour un repas, un toit et une éducation coranique pendant laquelle ils répètent comme des moutons ce qu’on leur apprend, le coran face à eux alors qu’ils ne savent pas lire ?

J’ai conscience que le pessimisme n’est pas vendeur mais en fin de compte :
Le pessimisme n’est ni plus ni moins que de l’optimisme réaliste….

 

Je ne suis pas Charlie… Je n’ai pas le cran qu’ont eu ces dessinateurs, ces journalistes… Je me soucie plus du confort que sera ma vie en jouant le jeu des directives gouvernementales comme un mouton bien dressé…

Mais peut-être que cela va changer. Cet évènement m’affecte comme une épine dans le pied qu’on a peur de retirer parce que ça fera plus mal de la retirer que de la laisser… Mais aujourd’hui j’ai bien envie de la retirer, de me dire que je vais prendre une grosse claque, mais peut-être qu’après, je serais bien plus libre qu’auparavant.

La liberté, c’est refuser la condition que l’on s’est soi-même imposée. De refuser le fatalisme, de vivre ses convictions, quand bien même le monde actuel y ajoute des embuches, compter sur soi et accepter d’y laisser assez de place pour les autres et vivre ensemble.

 

Merci Charlie.

 

#charliehebdo #jenesuispascharlieçasesaurait

 


Leave a comment